Gemelli pizzaiolo !


Aldo et gemino, les restaurateurs jumeaux de la rue Gambetta, sont une institution au Mans. Presto !

Enfants, Aldo et Gemino étaient inséparables. Numéros 5 et 6 d’une famille de huit enfants, les jumeaux de Gambatesa, un petit village de la région du Molise, près des Abruzzes, sont envoyés en pensionnat dès l’âge de six ans. « Comme on était orphelins de mère, on agrandit chez les bonnes soeurs à Naples et les curés dans la congrégation des Salésiens de Saint Jean Bosco », commente Aldo. Adolescents, leur route se sépare lorsqu’ils rentrent au lycée. Gemino prépare un Bac pro en électro-mécanique, tandis qu’Aldo suit la filière électro-télécommunication. Mais une fois l’armée passée, « moi dans les commando-para, Aldo comme instructeur » sourit Gemino, les deux frères se retrouvent pour faire le point et vivre autre chose. « On avait envie de prendre l’air. Alors on a pris la direction de Paris. A l’époque, un de nos frères ainés, Geppino, cuisinier de formation, travaillait comme salarié dans une pizzeria parisienne. »

la pizza c'est notre passion !

« On existe toujours parce que la pizza, c’est notre passion ! »

Dans la ville des lumières, les deux frères travaillent parfois, ici et là, comme serveurs : dans des pizzerias. « C’était notre année d’insouciance. On était heureux. On avait un peu d’argent. Tout allait bien. » Un après-midi, Gemino s’installe avec Aldo sur la terrasse d’une pizzeria sur les Champs-Elysées. Il discute avec le patron et là, c’est la révélation. Il regarde, décompte le nombre de clients, calcule la marge et décide en concertation avec son frère qu’ils seront…pizzaiolos !

Le Mans pour une histoire de coeur

Après avoir raté sur Paris l’achat d’une pizzeria, les deux frères se séparent à nouveau. Juste pour Aldo de suivre sa petite amie sur Le Mans et de s’apercevoir qu’en matière de pizzerias, il n’y avait pas grand chose. Il faut alors peu de temps aux italiens pour s’installer. En quelques semaines, ils investissent un pas-de-porte rue Nationale, décapent, retapent et ouvrent leur premier resto en 1982 : « C’était le bon temps, en rigole Gemino. La concurrence venait nous espionner pour copier notre carte. On a été les premiers à faire des pizzas à empoter. Comme il n’existait pas de boite, on prenait celles faites pour les gâteaux et moi, je dessinais au feutre le golf de Naples avec un bateau pour faire plus joli ! ».

En 1986, les jumeaux déménagent : « On avait 30 places assises. Au maximum, on faisait 50 couverts. On ne pouvait pas faire plus. » Rue Gambetta, les De Luca cassent leur tirelire : « On a mis toutes nos économies. On a tout démoli, agrandi et créé norte Atrium. » Vingt-deux ans plus tard, la flamme est encore là. Aldo a toujours son noeud-pap et son légendaire sourire et Gemino pétrit, comme à ses débuts, sa pâte à l’inspiration, « sans la doser, selon l’oeil, l’humidité ou le temps », appuie-t-il comme par fierté. « On veut toujours être présent, reprend son frère. L’Atrium, c’est nous. On se fait un devoir de recevoir les clients, d’être toujours de bonne humeur. » Un sacerdoce apprécié, à tel point que leur enseigne est devenue une référence au Mans : « Nous sommes les pizzaiolo les plus anciens de la ville. Depuis qu’on existe, on a bien vu 50 pizzeria se monter et capoter. Nous on existe toujours par ce qu’en bon Napolitains, la pizza, c’est notre passion ! »

Vincent Vega – happy Sitiz – juin 2008